VANITÉ

Il existe une différence gigantesque entre la confiance en soi et la vanité. Le dernier est la version accentuée, exagérée, malsaine même, du premier. Certes, ma définition peut sembler simpliste mais la confiance en soi est une qualité tandis que la vanité est un vilain défaut. La différence mentionnée plus tôt, aussi gargantuesque qu’elle soit, est parfois, rarement je dirais, difficile à déceler. Cependant, si on fait attention, ne fut-ce qu’un peu, on repère la différence entre les deux états d’esprits.

La confiance en soi est simplement un état d’esprit qui n’est point arrogant, même si cela peut paraitre ainsi. Une personne qui a confiance en elle, connaît ses limites, ses qualités et surtout ses défauts. Les gens qui ont confiance en eux-mêmes ne piétinent guère les autres pour se sentir puissants ou importants. Ils connaissent leur valeur propre intrinsèque et n’ont pas besoin d’une validation externe quelconque. Ils n’ont aucun besoin d’annoncer leurs qualités au monde entier et surtout, les gens qui ont confiance en eux-mêmes, n’ont pas besoin de le prouver. Ils sont là, calmes et sereins dans leurs bottes !

Les vaniteux, en revanche…Là, on parle d’une histoire complètement différente, pour ne pas dire opposée à la confiance en soi. La vanité, c’est juste la fierté poussée à l’extrême. C’est de l’orgueil. Les vaniteux, et ils existent par millions, sont partout, dans toutes les sphères de la vie. Quand ils s’expriment, ils utilisent souvent la première personne du singulier afin que tout ce qu’ils disent se rapporte à eux directement. Ils commencent leurs phrases souvent par les fameux « je sais, j’ai, j’ai fait, j’étais, je connais, je suis, je vais, etc. » et on ne parlera même pas de ces clowns qui parlent d’eux-mêmes à la 3ème personne du singulier. Tout compte fait, les vaniteux sont faciles à repérer ! J’ai connu des gens pareils et ils sont incroyablement irritants, au point qu’il m’arrivait de partir afin d’éviter des conflits potentiels.

Personnellement, j’ai remarqué une augmentation infime dans le taux et la fréquence de vanité dans l’air. Peut-on blâmer les médias sociaux et nos cellulaires pour cette tendance, qui ne risque point de diminuer dans le futur proche ou lointain ? Probablement que oui. Où que nous soyons, un écran se trouve à proximité, que ce soit un écran d’ordinateur, un cellulaire, une télé. Si on regarde autour de nous, il est facile de constater que nous passons notre temps à prendre des selfies, par exemple. Y-a-t-il une meilleure expression de la vanité qu’un selfie ? Quand nous ne prenons pas de selfies, on prend des photos pour montrer nos muscles, nos corps, nos voitures, nos maisons, nos réalisations académiques, professionnelles, personnelles, etc. J’utilise la première personne du pluriel car nous sommes tous dans le même bateau, à divers degrés bien sûr.

Je me méfie énormément des gens vaniteux. Je suis un fervent partisan de l’amour de soi, qui selon moi, est la base de tout chez un être humain. Le dicton dit bien que la charité bien ordonnée commence par soi-même et cela implique l’amour et le respect de soi. Cependant, dès que cet amour devient exagéré et maladif, il est temps de commencer à se poser des questions.

Je suis écrivain, donc je serais plutôt mal placé pour parler de vanité ou bien placé. Je m’explique. Il m’arrive parfois de sentir le taux de vanité monter dans mon cerveau. Il suffit qu’une personne me dise que mon texte leur a plu et là, subtilement, doucement, je commence à me sentir important. Certes, je suis content et je sens un sentiment de fierté parce que j’ai accompli quelque chose de bon et de valeur, et je suis ravi que mon œuvre ait eu un impact dans la vie de quelqu’un. Cependant, une fois que les compliments s’accumulent à la vitesse V, je commence à virer vers la vanité et je donne un peu trop d’importance à mon travail, et par la même occasion, à ma personne. Heureusement pour moi, ces courts instants de vanité ne durent qu’une fraction de seconde parce que je me rappelle que mon texte n’a sauvé aucune vie et que s’il disparaissait demain, le monde continuerait d’exister. Donc, je ne suis pas si important que ça !

Mine de rien, il est facile de traverser la rue et aller du côté de la vanité. Personnellement, je pense que c’est plus facile que les gens le croient. Je ne fais pas confiance à la vanité pour devenir un meilleur être humain et surtout pas un meilleur écrivain. Je préfère avoir confiance en moi. Peut-on avoir des moments de vanités ? Certainement et c’est normal. Nous sommes humains. L’important est de ne pas avoir la vanité comme état d’esprit permanent. Là, est le vrai combat, car c’est un combat quotidien. J’en vois certains qui pensent qu’ils ne pourraient jamais être vaniteux. Je suis sûr que quelques centaines de millions de dollars dans un compte bancaire pourraient avoir un effet quelque peu pervers sur la personnalité de n’importe qui. N’oublions pas qu’une fois que les gens nous traitent différemment, si on est traité avec une déférence considérable, même la personne la plus humble pourrait, temporairement sans doute, je l’espère du moins, basculer dans le camp de la vanité.

La vigilance est de mise chers amis. L’esprit humain est fragile, il est insaisissable parfois et un rien peut le faire basculer sans préavis. Les médias sociaux ont certes accentué le sentiment de vanité mais il revient à chacun de reconnaitre les symptômes de la vanité. Ce n’est pas facile mais il va falloir rester vigilent. Si on est assez chanceux d’avoir autour de nous des gens qui reconnaissent les symptômes de la vanité et nous le signalent à temps, il faut se considérer chanceux.

Les Romains disaient : « vanitas vanitatum et omnia vanitas » qui veut dire « vanité des vanités, tout n’est que vanité ». Comme quoi, les Romains, à part leurs conquêtes, avaient bien compris que l’esprit humain peut facilement basculer dans la vanité. Ou peut-être, pour eux, tout ce qu’ils faisaient, était dû à la vanité de l’être humain, à cette envie insatiable de nourrir l’égo humain. Ils ne parlaient pas d’eux, mais de l’humain en général. Ils avaient bien compris la condition humaine.

Peut-être qu’ils avaient raison…Dans tous les cas, je préfère la confiance en soi et l’humilité à la vanité. Il faut travailler fort pour avoir une saine confiance en soi et encore plus pour rester humble tous les jours. Pour être vain, je ne pense pas qu’un quelconque travail soit requis.

Sacrée vanité. Je sais qu’elle ne mène à rien de bon. Cela est sûr.

Sur ce, merci pour votre attention et je tiens à vous rappeler que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée.

Freeman. B

2 thoughts on “VANITÉ

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s