VOUS AVEZ DIT HUMILITÉ ?

« Sois humble ».

Cette phrase, ordre plutôt, est quelque peu remplie de confusion, du moins pour moi. Est-ce qu’on parle de la vraie humilité ou de la fausse humilité ? Oui, il en existe deux. La vraie humilité est celle qui nous demande d’être modeste, de ne pas se croire trop important. La même humilité nous exige, sans le faire explicitement, de laisser le prestige de côté, d’être simple et sans vanité dans nos paroles, nos gestes et plus généralement, dans notre comportement, sans oublier, notre manière de penser. C’est cela l’humilité, la vraie.

Quant à la fausse humilité, il s’agit de la définition la plus répandue mais hélas la moins « correcte », si je puis m’exprimer ainsi. La fausse humilité nous exige de nous rabaisser, jusqu’à devenir transparent, pour ne pas dire translucide ou encore pire, invisible. Ce modèle particulier d’humilité nous exige de nous concentrer sur nos manquements, nos insuffisances et nos faiblesses. Il n’est point nécessaire de célébrer nos forces, de peur de sombrer dans l’arrogance et la vanité. Je trouve que ce genre d’humilité est composé principalement de doutes et on écarte les assurances d’une personne intentionnellement. C’est à se demander si cette manière de penser ne nuit pas à l’estime de soi. Je comprends qu’on veuille nous inculquer la volonté de nous améliorer constamment. Ainsi penser qu’on n’est pas à la hauteur d’une tache, cela aide la « fausse humilité » mais pas l’estime de soi.

Je viens d’une culture burundaise où la fausse humilité est répandue. Nous avons une tendance fâcheuse à ne pas célébrer l’individualisme. Le groupe, la société sont plus importants que l’individu et on se veut égalitaire, ce qui en soi n’est pas mauvais mais je trouve que mes chers compatriotes poussent, peut-être, cette action vers l’extrême. Il faut impérativement penser en groupe, agir en groupe et penser principalement au bien du groupe. Cependant, un groupe est composé d’individus. Si ces derniers sont des gens dont l’estime de soi est basse, s’ils doutent constamment de leurs capacités et aptitudes, qu’en sera-t-il du groupe ? Une chaîne composée de maillons faibles ne vaut rien et elle se brisera au moindre choc.

De l’autre côté, je viens de passer la moitié de ma vie en Amérique du nord, partie du globe où l’individualisme est encouragé et célébré. Je parle du Canada, pays qui a encore un côté social et un peu socialiste, vu que nous avons une assurance maladie universelle, des transports en commun à très bas prix et où on essaie de limiter les excès du capitalisme sauvage de notre voisin du sud.

Aux États-Unis, on ne vous demande pas seulement de célébrer vos talents, mais de les crier sur tous les toits ! Il est nécessaire d’être le meilleur dans son domaine, ou plusieurs domaines, si possible. Il faut se vanter, montrer sa supériorité, parler de soi, se « vendre », comme on fait lors d’une interview professionnelle. Il faut absolument se vendre, parler de ses capacités, qualifications, ce qui en soi n’est pas mauvais vu qu’on veut partager nos expériences qui démontrent qu’on est qualifié pour un poste quelconque. Cependant, aux États-Unis, on pousse la « vente de soi » loin. Ca devient pervers et ce genre de climat crée des mégalomanes, des individus egocentriques, des super-personnes, à les entendre. On sait très bien qu’ils ne sont pas des surhommes. Ils sont les seuls à le croire, ils veulent nous convaincre de leur supériorité. Enfin, ils arrivent à convaincre certaines personnes qui sont en quête d’héros mais la majorité n’est pas dupe. Quelqu’un devrait leur dire cela…

La fausse humilité m’indispose, je l’avoue. Bon, j’ai une amie qui me dit souvent que je ne suis pas la meilleure personne pour parler d’humilité. Elle aime me rappeler que je ne suis pas humble. Probablement parce que je parle fort, j’emmerde les gens, je partage mes opinions et je défends ces dernières jalousement. Vu qu’on parle d’humilité, il est vrai que, parfois, mais pas souvent, elle a raison, du moins en apparence. Je m’explique…Je sais écrire et je partage mes opinions. De là, à croire que je suis meilleur que les autres êtres humains, il n’y a qu’un pas de géant. Je suis fort ou spécial dans ce domaine. Je suis, comme le reste de l’humanité, vulnérable aux maladies, j’ai froid, peur, j’ai mal, j’ai plusieurs défauts et qualités, je suis allergique à la bêtise humaine, etc.

Se rabaisser et ne pas accepter ce que l’on sait faire n’est pas une bonne tactique. Croire que certaines aptitudes nous rendent meilleurs que le reste de l’humanité est encore pire. Avoir des doutes de temps en temps, c’est sain. Si on ne doute jamais, au grand jamais, de soi, on est soit fou, fanatique ou les deux. Reconnaître ses faiblesses est une qualité car on est conscient que l’on doit s’améliorer. Qui plus est, être modeste, réservé, retenu, s’affranchir de toute vanité, ce sont là, des qualités incroyablement nécessaires. S’effacer afin de plaire à une définition arbitraire de l’humilité et pour éviter d’être qualifié d’arrogant, n’est d’aucune utilité.

Je n’ai jamais été à l’aise de voir des gens être si profondément « humbles » que leur estime de soi est quasi-inexistante. L’individualisme serein et dénué de vanité devrait être célébré. Les talents, les efforts, les qualités, le sens du travail des individus devraient être célébrés. On devrait également leur apprendre que ces talents sont là pour les aider à aller de l’avant et devenir meilleurs, autosuffisants, etc. Ensuite, ils devraient utiliser ces talents pour aider les autres, leur groupe, la société. L’humilité réside en la reconnaissance de ces talents qui sont une bénédiction et non une excuse pour se sentir supérieurs aux autres. Cette soi-disante supériorité n’est qu’une illusion et elle mène à l’arrogance et finalement au conflit et les conflits n’augurent rien de bon ou constructif.  

Ne soyez pas invisibles et ne vous rabaissez pas. Célébrez qui vous êtes et ce que vous êtes capables de faire. N’essayez pas de briller plus que le soleil, ça ne fera qu’aveugler les autres, ces mêmes personnes que vous tentez d’impressionner. Prière de ne pas vous prendre pour des Dieux ou des surhommes, vous ne l’êtes certainement pas, je vous rassure. Je suis conscient qu’il est facile de basculer dans l’arrogance si on est bon ou le meilleur dans un domaine quelconque. C’est pour cela qu’il faut faire attention à sa personne, à nos gestes et nos paroles. Un talent vous rend meilleur dans un domaine, ça ne fait pas de vous une meilleure personne nécessairement.

Mais bon, qui suis-je pour parler d’humilité, n’est-ce pas ?

Sur ce, merci pour votre attention et je tiens à vous rappeler que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s