L’AMOUR DE LA PATRIE

Que veut-dire l’amour de la patrie ? Cette question a élu domicile dans mon esprit depuis un long moment. Je sais que la définition du Larousse ne saurait englober le sens large de ce mot. L’amour de la patrie est légèrement plus compliqué et plus complexe qu’on ne le pense. Parler de patriotisme, est synonyme de parler de religion, d’agressions sexuelles, et d’autres sujets épineux et chargés de nitroglycérine. Les gens ont une fâcheuse tendance à se raidir et à fermer leurs oreilles. Relaxez un peu voyons !

Dès ma naissance, j’ai eu la chance d’avoir deux nationalités ; grecque et burundaise. J’ai ensuite immigré au Canada et au moment où j’écris ces lignes, j’ai l’immense honneur d’avoir 3 nationalités, 3 patries, 3 pays, 3 cultures, 3 mondes auxquels j’appartiens et que j’aime et honore d’une manière égale. Il n’existe aucune confusion dans mon cœur ni dans ma tête. Chaque pays a sa place particulière dans mon cœur et l’harmonie entre les patries règne en moi d’une manière suprême et éternelle. Probablement qu’avoir toutes ces patries m’a subtilement poussé à évaluer la définition du patriotisme.

Le début du siècle passé, fut la période des nationalismes en Europe surtout, loin de l’Afrique entièrement colonisée par cette Europe qui bouillonnait, qui se cherchait et qui ne savait pas trop comment être et exister. La fin de la seconde guerre mondiale a créé l’Europe telle que nous la connaissons aujourd’hui. La déconfiture de l’URSS a chamboulé encore plus l’Europe de l’est et le continent ne cesse de se redéfinir. L’Européen en moi adore ce continent dont le sang coule dans mes veines. Je ne vais pas m’engager dans un débat sur la colonisation, la décolonisation et l’Europe. Cela se fera dans un autre texte, dans un futur proche.

Finalement, comment peut-on définir l’amour de la patrie ? Est-ce clamer l’amour haut et fort ? Est-ce avoir le passeport dudit pays ? Est-ce connaître l’hymne national, les régions, les provinces, les us et coutumes ? Est-ce avoir le drapeau du pays dans son salon ou tatoué sur son corps ? Est-ce voter ? Est-ce rester dans le pays sans émigrer ? Est-ce quitter le pays en temps de guerre et revenir plus tard pour participer à la reconstruction et au développement ? Est-ce faire respecter la constitution du pays ? Le patriotisme englobe tout cela et encore, à divers degrés bien sûr.

Cependant, il existe un élément essentiel, crucial que les gens semblent oublier parfois. Je le dis en tant que Burundais, car l’histoire de mon pays est tumultueuse, et cela depuis des décennies. Nous n’avons connu aucun répit depuis les années 1940, car il y a eu des tueries et des massacres tous les dix ans. On ne réalise pas à quel point ces traumatismes nous empêchent d’avancer en tant que peuple, en tant que société, en tant que pays. Pourtant, je n’ai rencontré aucun Burundais qui ne se définit pas comme patriote. Tous connaissent l’hymne national, les régions, les coutumes, etc. En revanche, ont-ils tous l’élément essentiel dont je parle ?

Quel est cet élément essentiel ? Je vais y revenir. À mon humble avis, l’amour de la patrie se définit par l’amour du pays et tout ce qui constitue le pays au complet. Je parle ici de la flore, la faune, les us et coutumes, la culture, la langue, et j’en passe.

L’élément essentiel est, selon moi, l’amour des habitants du pays. On ne peut pas dire qu’on aime le pays sans aimer les habitants. Cela n’aurait aucun sens. On ne saurait dire qu’on aime sa famille sans aimer les membres de sa famille. Vous me direz que parfois on n’aime pas tous les membres de la famille. Certes, il existe toujours des brebis égarées. Cependant, avoir comme position de départ le fait de ne pas aimer une partie de ses compatriotes, cela n’est aucunement patriotique. C’est aberrant, absurde même.

L’amour des compatriotes ne doit pas être un amour inconditionnel et aveugle, sinon ce serait du nationalisme, ce poison qui mène à tous les excès et à la catastrophe. L’amour des compatriotes doit être mesuré et raisonnable. L’amour de ses compatriotes est de vouloir le bien pour ses compatriotes, de les voir en sécurité, de les voir en santé, de les voir avancer, évoluer, s’éduquer, se développer, etc. L’amour des compatriotes doit se manifester en paroles mais surtout, et j’insiste, en gestes !

Je me rappelle, quand j’étais gamin et par la suite adolescent, des gens qui clamaient haut et fort, leur patriotisme. Ils le faisaient en public et en privé, ils faisaient le contraire. Je ne dis pas que cela fut un cas général, mais je l’ai vu de mes propres yeux à quelques occasions.

Comment peut-on dire qu’on est patriote quand on dilapide les biens publics ? Quand on tue ses compatriotes ? Quand on ne respecte pas les lois du pays ? Quand on est Hutu et qu’on déteste tous les Tutsis ? Quand on est Tutsi et on déteste tous les Hutus ? Quand on oublie même de parler de nos compatriotes Twa ? Quand on ne protège pas les femmes, nos sœurs, nos mères, nos filles ? Quand on utilise le népotisme pour s’enrichir ? Quand on essaie de diviser le pays ? Quand on se croit tout permis ?

L’amour de la patrie nous oblige à critiquer notre pays et nos compatriotes, soit dit en passant. Ceux qui considèrent la critique du pays comme un geste non patriotique, n’ont rien compris au patriotisme et ils ne comprennent strictement rien à la critique. Je ne vais point les insulter mais je leur demanderais poliment d’aller se faire voir. Être fermé à la critique est tout simplement anti-démocratique et antipatriotique. La critique n’est pas nécessairement négative. Elle existe pour nous réveiller et nous rappeler que le patriotisme est un sentiment qui doit être sans cesse aiguisé, revu, étudié et renforcé. L’amour sans critique ne vaut rien.

L’amour de la patrie veut dire que l’on souhaite que nos compatriotes soient traités avec dignité, avec respect, avec amour et avec considération. C’est cela être patriote : aimer ses compatriotes ! Chanter l’hymne ou mettre le drapeau du pays sur son profil Instagram ne veut absolument rien dire ! Parfois, ce sont des gestes de marketing, vides de sens. Le comportement envers les compatriotes prime et primera toujours sur le reste et surtout les symboles. Ces derniers sont faciles à changer, à effacer, à criminaliser et à oublier.

Mon texte n’est aucunement une critique d’un pouvoir contre un autre ou d’une ethnie contre une autre. Je l’ai écrit dans un seul but : nous ramener à l’essentiel, l’amour de la patrie, qui commence et passe obligatoirement par l’amour des habitants dudit pays. Cela s’applique à tous les pays et tous les peuples, où qu’ils soient. J’espère qu’il sera lu et compris comme tel.

Enfin, ce n’est que mon humble avis.

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

7 thoughts on “L’AMOUR DE LA PATRIE

  1. Jean Charles

    Merci beaucoup Freeman pour ce beau texte rafraîchissant et plein de sagesse. Cela m’a beaucoup éclairé sur cette notion de patriotisme 🙏🏽

    Like

  2. J’étais même pas sure que mon commentaire avait passé 😅
    Je voulais dire “nous ramener à l’essentiel”
    Et oui, j’hésiterais pas à lire tes autres textes! 🙌🏽

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s