L’ENFANT QUI VIT ÉTERNELLEMENT EN NOUS.

Il est exactement 3h48 du matin.

Je rentre chez moi, tranquillement, après une soirée bien arrosée avec des amis. J’écoute Céline Dion, notre trésor national québécois, qui chante magnifiquement « Make You Happy ». Je préfère quand Céline chante dans son français natal, mais elle fait un boulot extraordinaire avec cette chanson dont l’énergie semble ne jamais tarir.

Je suis perdu dans mes pensées, et la fatigue m’attend au tournant. La fenêtre est ouverte, afin que je puisse respirer et sentir le vent frais sur mon visage. Après avoir passé un énième feu, j’aperçois, au loin, des cyclistes et par réflexe, je ralentis. La prudence en tant que conducteur devrait être le premier geste instinctif.

Maintenant que mon attention est décuplée, je fais mon travail de détective et je regarde avec intensité pour mieux cerner mon environnement. Sur le côté droit de la chaussée, 7 jeunes filles, toutes au début de leur vingtaine, roulent à vélo. Un tel spectacle est presque irréel dans la grande majorité des villes, pour ne pas dire au monde. Il faut dire que la sécurité à Montréal, règne d’une manière suprême et les femmes se sentent en sécurité, malgré l’heure avancée de la soirée.

Je ralentis un peu, pour éviter tout accident et je baisse ma musique, afin de pouvoir les entendre, car de loin, les jeunes filles semblent s’amuser. Du moins, une partie de mon cœur espère que les jeunes filles s’amusent. Sinon, pourquoi seraient-elles en train de rouler à vélo à cette heure-ci ? Leur manière de rouler, semble indiquer qu’elles flânent. Elles zigzaguent légèrement, et ne vont pas plus vite qu’un ourson.  

J’arrive à quelques mètres, je clique sur mes écouteurs et la voix mielleuse de Céline disparait au grand dam de mes oreilles. Cependant, les jeunes filles et leur humeur sont de dignes remplaçants de Céline. Je les entends rigoler, crier, s’amuser, jouer et parler avec une innocence qui va de pair avec leur âge.

Elles ont l’air contentes, tout simplement. Soudainement, instinctivement je dirais, un sourire apparait sur mon visage et un autre, plus large, émane de mon cœur. Ces jeunes filles me rappellent combien il est crucial de ne point perdre le désir de s’amuser, de vivre innocemment. Elles me rappellent que nous avons tous un enfant en nous qui ne veut que s’amuser, rigoler, jouer, faire et dire des bêtises, utiliser sa créativité, essayer de nouvelles choses, exister sans anxiété, etc.

Une chose est sûre : nous grandissons et nous vieillissons, inexorablement. La vie, et ses problèmes prennent le dessus, sans préavis. Cela s’appelle la réalité de la vie. Cependant, garder le sourire, rigoler, jouer avec les autres, s’amuser, oublier les problèmes de la vie, bref, être un enfant, cela, je dirais que c’est une activité essentielle, primaire, naturelle. On parle toujours de l’innocence des enfants et on devrait s’en inspirer le plus possible.

Je vous lance un défi : allez jouer avec un enfant. Vous allez vous retrouver en train de rigoler, de courir, de vous amuser sans raison, sans but précis. Une telle énergie, une telle innocence, un tel comportement devraient être protégés à tous prix, pour les enfants, et pour les adultes.

Quand on est enfant, on a un désir infini de s’amuser, de vivre librement, de rigoler, de monter sur les arbres (en 2020, les tablettes ont remplacé les arbres !), bref d’être heureux et content sans raison. Certes, les aléas de la vie peuvent foutre la merde et mettre cette innocence de côté. Parfois, lesdits aléas anéantissent cette innocence et c’est dommage. Il nous revient de raviver cette innocence. C’est notre responsabilité. Si on perd cette innocence, et qu’on se prend au sérieux sans prendre une pause bien méritée, on risque de perdre les boules et cela n’est point une exagération.

Après avoir aperçu ces jeunes filles s’amuser, je me dois de faire passer ce message : amusez-vous et assurez-vous de ne pas perdre cette innocence de l’enfant qui vit en vous.

Amusez-vous. Rigolez autant que vous pouvez. Souriez sans raison. Allez-vous coucher dans l’herbe. Allez jouer avec vos enfants, vos neveux et nièces. Faites une sieste. Profitez de la vie. Allez apprendre quelque chose de nouveau comme les enfants aiment si bien le faire. Allez rouler à vélo à 3h du matin comme ces muses qui m’ont inspiré ce soir. Elles ne faisaient que s’amuser mais elles m’ont donné une leçon. Je dirais qu’elles m’ont rappelé combien il est crucial de vivre et garder l’enfant en nous vivant et vivace ! Bref, vivez !

Enfin, ce n’est que mon humble avis.

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s