VOUS AVEZ ÉTÉ CHANCEUX, C’EST TOUT.

Si vous êtes né dans une famille qui avait les moyens financiers de vous offrir une vie décente, où rien n’a manqué, où vous avez mangé tous les jours à votre faim, vous avez été chanceux. Si vous êtes né dans une famille où les abus physiques, psychologiques et sexuels étaient inexistants, vous avez été chanceux. Si vous êtes né dans une famille où vos sentiments, votre état mental et psychologique étaient considérés et non ignorés, vous avez été chanceux. Si vous êtes né et vous avez grandi dans un environnement où la sécurité régnait et vos droits, en tant que personne, étaient respectés, vous avez été chanceux.

Naitre n’est en aucun cas un exploit. Naitre n’est pas une compétence, ni un talent. Naitre est une action totalement indépendante de votre volonté. Qui a choisi de naitre ? Qui a voulu naitre ? Qui a choisi sa famille, son lieu de naissance, sa nationalité, sa culture, ses traditions, son genre, la couleur de sa peau, la couleur de ses yeux ? Personne !

Tout ce que vous avez reçu de bon, à votre naissance, vous fut accidentellement offert. Certes, vous pouvez choisir de croire au destin, à la prédisposition génétique, au bon sort réservé aux élus de Dieu, aux privilégiés d’une certaine classe mais penser ainsi, est tout simplement un choix personnel, et non un fait avéré, quelque chose qui peut être prouvé. Si on pense au cas contraire, c’est-à-dire une situation où une personne nait dans une famille pauvre, dans un environnement chaotique, où l’insécurité et la faim règnent, on parlera de malchance. Qu’a fait cette personne qui est née dans des circonstances pareilles pour mériter un tel sort ? Elle n’a rien fait, absolument rien. Elle n’est point responsable de son sort ! Elle a eu la malchance de naitre dans de telles circonstances, c’est tout.

Martin Luther et surtout Jean Calvin, deux théologiens et réformateurs, qui ont changé le cours du christianisme au 15ème et 16èmes siècles, parlaient de « double prédestination ». Il existerait selon eux, « des élus et des damnés », et ces deux groupes ont déjà été choisi par Dieu. Je me dis que n’étant pas capables d’expliquer les différents malheurs qui rongeaient le monde du moyen-âge, un tel principe était une échappatoire facile, une réponse bien taillée pour expliquer pourquoi les malheurs semblaient toucher une certaine classe de citoyens et épargner une autre classe complètement. Au moyen-âge européen, la noblesse perpétuait son pouvoir pendant des siècles. Il est ainsi facile de se croire supérieurs, meilleurs que les autres. La mégalomanie et l’égocentrisme sont aussi vieux que le monde.

Y aurait-il des damnés et des élus tel que disaient ces théologiens et réformateurs du moyen-âge ? Je ne suis pas théologien, ni réformateur, ni philosophe. La seule chose que je puisse dire avec certitude, est que, en ce qui me concerne, j’ai eu une chance énorme dans ma vie. Tout ce qui m’est arrivé après que j’aie quitté la demeure familiale, quand j’avais 18 ans et des poussières, est le résultat de mes propres actions. Cependant, avant mes 18 ans, je fus parmi les personnes les plus chanceuses au monde. Je ne me vante guère, je suis reconnaissant pour l’enfance et la vie que j’ai eue.

Naitre dans de bonnes circonstances, entre vous et moi, ce fut de la chance, pure et simple. Il s’agit d’un hasard incroyable, une bénédiction extraordinaire, un cadeau tout droit venu des cieux. Vous pouvez remercier Dieu ou toute autre entité en laquelle vous croyez, cela importe peu. L’essentiel est de reconnaitre l’énorme chance que vous avez eue et d’agir avec humilité. Je ne peux pas me vanter d’avoir été élève d’une école privée : CE N’EST PAS MOI QUI PAYAIS LES FRAIS SCOLAIRES, L’UNIFORME, LE MATÉRIEL SCOLAIRE, ETC. L’argent venait des poches de mes parents ! Ce sont eux qui travaillaient comme des fourmis pour que je puisse profiter d’une vie confortable. JE N’AI RIEN FAIT ! ALORS, POURQUOI ME VANTERAIS-JE ? POUR QUELLE RAISON ME SENTIRAIS-JE MEILLEUR QUE LES AUTRES ?

Il faudrait être complètement égocentrique, narcissique et totalement obnubilé par son statut social, lui-même offert par les parents, pour croire qu’on est spécial alors que le seul « exploit » que l’on a accompli, c’est littéralement, naitre. Certaines personnes utilisent le mot « privilège » et je dis non à une telle utilisation maladroite de ce mot qui veut dire, selon le Larousse, « avantage particulier considéré comme conférant un droit, une faveur à quelqu’un, à un groupe ».

Naitre dans une famille qui a la possibilité d’offrir le meilleur à sa progéniture est une chance, et non un privilège. Je comprends le sens du mot « privilégié » qui fait référence aux conditions idéales dans lesquelles certaines personnes naissent. Cependant, je suis allergique aux personnes qui se promènent le torse bombé, l’air arrogant, lâchant des paroles acerbes et blessantes. J’ai une aversion complète et totale pour ces personnes qui pensent que le monde leur doit une fière chandelle, comme si leur existence était une bénédiction pour le monde. J’abhorre les gens qui pensent que les moyens de leurs parents, leur conférent un caractère spécial, un droit et un statut particuliers. Passer son temps à se vanter, à se croire supérieur, à se penser meilleur que les autres à cause d’un accident de naissance, est une perte de temps totale et un tel comportement frôle la bêtise. Excusez-moi, c’est de la bêtise.

Les moyens dont nos parents disposaient à notre naissance ne sont pas les nôtres. Ce sont nos parents qui les ont acquis. Parfois, ils reçoivent certains actifs en héritage et probablement, ces parents, eux-mêmes récipiendaires de ladite chance, inculquent ce sentiment d’arrogance et de supériorité à leur progéniture. Dommage ! Être riche n’est pas un rempart contre la bêtise…

Si vous avez eu la chance de naitre et de vivre dans un environnement aisé, ne soyez pas arrogant, pour l’amour de tous les Dieux. Si vous baignez dans cet océan vaste et tumultueux qu’est le complexe de supériorité, je vous prie de noyer cet air de supériorité avant d’aller rejoindre le monde.

Vous n’avez pas choisi de naitre, mais vous pouvez très certainement choisir l’humilité. Soyez reconnaissant pour la vie que vous avez vécue. Soyez reconnaissant envers vos parents. Soyez reconnaissant envers Dieu ou toute autre entité qui vous donne du réconfort quand vous fermez les yeux. Naitre est un accident. Se comporter dignement et être reconnaissant envers ceux qui vous ont offert une belle vie, sont des choix. Si vous avez eu une belle vie lorsque vous étiez enfant, vous n’avez rien fait pour la mériter. Vous avez tout simplement été chanceux. Je ne vous demande guère de vous sentir coupable car il existe des gens moins fortunés et moins chanceux que vous ! Vous n’êtes aucunement coupable de la vie que vos parents vous ont offert.

En revanche, se moquer des moins fortunés, se comporter en être supérieur, ce sont là des comportements malsains, nauséabonds, enfantins, et purement égocentriques et égoïstes. Excusez-moi : c’est de la bêtise, ou de l’inconscience ou un manque total de considération envers son prochain, bref, des défauts lourds, qu’il faudrait rectifier, au plus vite si possible.

Soyez reconnaissant, soyez humble, remerciez le ciel, dansez si vous voulez pour célébrer la chance que vous avez eue, peu importe.

Après tout, vous avez été chanceux, c’est tout. Votre vie aurait pu être fondamentalement différente.

Enfin, ce n’est que mon humble avis !

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s