LE CONFORT, CE FLÉAU INVISIBLE.

Qui aime l’inconfort ? Personne, très probablement. Qui aime le confort ? Tout le monde, probablement. J’ai honte d’avoir posé ces questions dont les réponses me semblent évidentes.

Quand je parle de confort, je parle au sens physique et psychologique car je pense au plus profond de mon âme que les deux sont intimement liés. On veut tous avoir un toit au-dessus de nos têtes, des vêtements, un repas chaud, de l’eau potable, être en bonne santé physique et mentale, du chauffage adéquat lors des temps froids et être en sécurité. Je parle ici des besoins physiologiques de base énoncés par le psychologue américain Abraham Maslow (voir la pyramide de Maslow https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyramide_des_besoins). La liste mélange les besoins physiques et psychologiques. “Un esprit saint dans un corps saint”, avait écrit Juvénal, le poète satirique de l’empire romain. Qu’il eût raison !

Parlons maintenant de l’inconfort, cet état non permanent, je l’espère, qui fait partie de la vie. Nous cherchons le confort et parfois, si on travaille fort et avec une petite dose de chance, ou si on nait au bon moment au bon endroit, on l’obtient. Une fois obtenu, on désire le garder pour l’éternité, tout en sachant, ou en oubliant plutôt, que rien n’est éternel.

Le confort est doux. Il est mielleux. C’est un nectar dont il est difficile, voire impossible de se défaire. Pourrait-on dire qu’il est une drogue dure ? Probablement que c’est le cas. Qui veut céder ne fut-ce qu’une petite partie de son confort ? Ou tout simplement qui désire y renoncer ? Rares sont les gens qui vont accepter de renoncer à un privilège. En regardant dans le passé, on peut très bien s’apercevoir que la plupart des révolutions, sinon toutes, ont commencé parce qu’une classe était très confortable alors que les autres baignaient dans un inconfort ignoble et inhumain.

Personnellement, je trouve que le confort est l’un des nombreux ennemis du progrès. Le confort amène une certaine léthargie, une torpeur lourde qui nous emmène dans un coma et ce dernier atrophie nos muscles et principalement nos méninges. Le confort est souvent lié à l’apathie et à l’indifférence. Le confort amène une certaine passivité, une insouciance. Pour finir, à mon humble avis, le confort amène une certaine fragilité physique et une précarité de l’esprit car ce dernier est le premier à s’endormir. Je ne pourrais jamais blâmer le confort pour tous les maux de l’humanité mais il y est pour quelque chose.

J’entends souvent les gens se plaindre que le monde est injuste, que certaines personnes sont impolies. J’entends les gens dire qu’elles ont été offensées par un sujet quelconque ou des mots considérés comme offensifs, pour ne pas dire agressifs. Et à ce moment précis, un dilemme cornélien surgit en moi tel la lave qui émane d’un volcan. Je me retrouve tiraillé entre deux réponses, chacune aussi valide que l’autre. D’une part, je veux consoler les gens atteint de plein fouet par la violence des paroles. D’autre part, dépendamment du cas, je leur demande, avec ardeur, de se défendre, de s’insurger, de contre-attaquer, de se tenir debout, avec fierté afin d’affronter l’interlocuteur en face qui veut les brutaliser, que ce soit verbalement ou physiquement. Force est de constater, que de nos jours, les abus sont plus souvent verbaux que physiques. Qui plus est, parfois, rarement il faut le dire, on peut se retrouver en face de plus fort que soi. Dans ce cas, une aide est toujours nécessaire. On n’est pas tous semblables. Certaines personnes savent se battre et se défendre mieux que le reste de l’humanité.

Vivre une vie confortable nous enlève ce réflexe crucial de nous défendre. Le confort nous affaiblit quelque part. Je ne dis pas qu’il faut tout abandonner et aller à la recherche de conflit ! Je ne vous demande pas de partir faire des croisades contre l’injustice tel Don Quichotte dans le roman de Cervantès. Je ne vous demande pas non plus d’initier des conflits et des bagarres pour renforcer votre corps et votre caractère. Je ne vous demande pas d’aller à la recherche de l’inconfort. Il vous trouvera où que vous soyez, croyez-moi.

Ma demande est plutôt simple : voyez l’inconfort comme un mal nécessaire pour votre développement personnel. Certes, ma demande n’est pas facile. Elle pourrait sonner creuse de toute considération envers les gens et les conséquences qui suivront leurs actions. Néanmoins, l’inconfort nous oblige à nous adapter, à être plus malin, à trouver des solutions, à apprendre à vivre avec cette idée que le monde n’est pas juste ou confortable 24h/24. L’inconfort renforce le caractère et nous permet d’adopter de nouvelles manières de faire. L’inconfort, au-delà d’être profondément désagréable, peut nous apprendre la patience, la réflexion et non la réaction, le calme et surtout il peut garder vif ce feu de l’indignation qui brûle en nous. L’inconfort nous oblige à abandonner l’apathie et l’insouciance. Quelle lutte contre l’injustice fut effectuée sous le couvert du confort ? Qui a obtenu gain de cause dans un litige parce qu’il baignait dans une rivière de confort, tel un castor pendant le printemps ? Qui a créé quelque chose de bénéfique en ayant comme compagnon le confort ? Dommage que Mandela ne soit pas là pour nous parler de son « confort » dans les cellules de l’illustre prison de Robben Island ?

Le confort, aussi plaisant qu’il soit, ne nous renforce aucunement. Je vous prie de garder en tête que l’inconfort fait partie de la vie, il est même nécessaire. L’inconfort tue rarement mais renforce souvent l’esprit. Le confort, à la longue, peut devenir une ancre qui nous mènera au fond de l’océan. Essayons de voir l’inconfort comme un donneur de leçon et non un fléau. Soyez confortable dans la vie mais pas trop. Acceptez d’être inconfortable dans la vie de temps en temps, jamais trop car tout excès est néfaste disait Montaigne

Enfin, ce n’est que mon humble avis !

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s