DOGME DU RESPECT INCONTESTÉ ? PFFFFFF

Depuis que je suis gamin, je n’arrive pas à suivre les dogmes. Afin que l’on puisse être sur la même longueur d’onde, un dogme est défini par le Larousse comme un « point fondamental et considéré comme incontestable d’une doctrine religieuse ou philosophique, ensemble de ces points constituant une doctrine » et comme une « opinion donnée comme certaine, intangible et imposée comme vérité indiscutable ».

La définition elle-même est lourde de sens. Regardez les adjectifs utilisés : « incontestable, indiscutable, certaine, intangible, fondamental ». On aurait pu utiliser l’adjectif « absolu » et la définition serait complète. Chaque mot a un sens bien défini et le mot « dogme » n’est pas l’exception. Disons que le mot « tabou » est un synonyme de dogme. Moi qui n’aime ni les tabous, ni les dogmes, je suis servi !

Les dogmes m’ont toujours irrité jusqu’au dernier atome de mon ADN. Qui dit dogme, dit, subtilement bien sûr, fermeture d’esprit. Dès qu’il n’y a aucune ouverture d’esprit, dès qu’il n’existe aucun dialogue, les problèmes commencent. Quelque chose d’incontestable ferme la porte à toute tentative de poser des questions. Je me dis que l’on pourrait tenter de poser quelques questions, et encore là, ce serait acceptable du moment qu’on ne vexe pas l’autorité existante. La rigidité dans la pensée est un handicap qui enfermera notre esprit et ce dernier finira par exploser ou s’atrophier. Les dogmes sont un cimetière où la logique et l’esprit critique vont trépasser, leurs cœurs transpercés par les lances de la honte.

Mon aversion pour les dogmes vient de mon esprit critique et rebelle, de mon anticonformisme et du bon sens. Quand je parle de « bon sens », je pense aux choses qui sont logiques, cartésiennes. Vous me direz tout cela est subjectif et qu’il n’existe aucune logique absolue. Vous n’aurez pas tort, du moins pas totalement. Je pense que tuer quelqu’un, violer, faire du mal aux autres, la pédophilie, sont des actions condamnables par tous. Vous remarquerez qu’il y aura toujours un illuminé qui défendra ces actions néfastes et détestables.

Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier du fond du cœur mes parents qui ne m’ont jamais dit de me taire parce que je posais des questions. Ils m’ont toujours encouragé à poser des questions, à m’exprimer et dire n’importe quoi, sans faillir à la règle d’or qui stipule que le respect passe avant tout. Un environnement pareil ne peut que pousser la curiosité à fleurir et une fois que cette dernière n’est point tournée en dérision ou en honte, tout être humain a l’occasion de se transformer en un esprit critique. Papa et maman, vous êtes simplement géniaux et je vous aime infiniment !

J’ai toujours été « problématique » et je continue de l’être, aux yeux de certains fans des dogmes. Je pose des questions, je veux comprendre et surtout je partage mes opinions et mes critiques. Si une chose me semble insensée, mon côté obsessif me force à faire des recherches, à poser des questions. Je veux comprendre à tout prix. Tel est mon but. Parfois, cette obsession m’a causé des problèmes et j’ai appris à lâcher du lest. Cependant, je ferais toujours de mon mieux pour comprendre ce qui se passe, avant d’abdiquer et me dire « ainsi va la vie ». Le fatalisme ne me va guère. Lui et moi sommes en conflit permanent et tant mieux.

Parlons d’un dogme qui me met hors de mon agréable personne : le respect incontesté et incontestable envers les aînés dans la société burundaise. Je dis non ! Je redis non et je redirais non jusqu’à la fin de mes jours. Le respect est mérité et non automatiquement attribué sans possibilité d’être retiré ! Je suis tout à fait d’accord de respecter tout être humain qu’il soit petit, grand, homme, femme, noir, blanc, bleu, vert, etc. Je n’en ai rien à cirer. Vous êtes un humain ? Automatiquement, on devrait vous accorder le respect. Simple, simpliste même.

Néanmoins, le respect peut facilement s’évaporer. Le comportement dicte comment vous serez traité, aussi simple que ça. Les faits, gestes et paroles de tout être humain sont des facteurs qui feront que vous garderez le respect qui vous ait dû, ou pas. L’instant fatidique où vous vous comporterez comme un énergumène, le moment où vous manquerez de respect aux autres ou que vous serez abusif, insultant, menaçant, hautain, méchant dans vos faits et gestes, ne venez pas exiger quelque respect que ce soit, surtout pas le fameux respect qui repose sur le dogme qui dicte que le droit d’aînesse est immuable et inviolable.

Je n’oublierais jamais ce père de famille dans mon quartier qui était abusif, insultant et violent envers toute personne plus jeune que lui. Cependant, dès qu’il voyait un autre adulte, il changeait de mine et de comportement. Sa gestuelle devenait plus fluide, son sourire plus large que le delta du Nil, une gentillesse soudaine émanait de son âme et son charme était évident. La seconde qui suivait, une fois seul avec les plus jeunes, son tempérament reprenait la même forme (pour ne pas dire le fond) que celle de la marâtre dans Cendrillon.

Parallèlement, je me rappelle, étant gamin, de certains parents, qui adressaient la parole à tout enfant avec un respect extraordinaire. Je me rappelle ces héros de mon enfance, ces hommes et femmes qui étaient gentils, chaleureux, polis sans discriminer. Ils n’avaient aucun trouble de la personnalité multiple. Ils inspiraient le respect dès la première rencontre et leur charisme était magnétique. Il était impossible de ne pas les respecter et je les respecte encore car ils ne se sont jamais comportés d’une manière indigne ou basse.

De l’autre côté, il y a l’autre con de carrière, le bouffon, le troubadour sans cour royale, cet abruti permanent, dont la bêtise n’est point accidentelle, qui se déambulait, abusant de son droit d’aînesse, sans que personne lui dise quoi que ce soit. Qu’il aille se faire foutre, cet enfoiré.

Je sais que certains seront choqués et scandalisés mais qu’importe. Je déteste les gens qui se promènent sur cette planète en croyant, religieusement que le monde leur offrira une révérence automatique. Ben, ce n’est pas comme ça que le monde marche. Je suis contre ce dogme du respect automatique et incontestable, basé sur le fameux « droit d’aînesse ». Le respect comme tout le reste, doit être mérité. Et continuer à respecter une personne qui n’inspire et n’offre aucun respect, cela est l’apogée de l’hypocrisie humaine. On se doit de dire quelque chose à ces gens misérables et méprisables. Il existe une voix, enfouie au fond de ma cervelle, qui dit qu’il faut interpeller ces gens, leur dire qu’ils sont grossiers, méchants, irrespectueux, abusifs, etc. Changeront-ils leur nature ? Probablement pas. Mais ne rien dire est une forme de complicité, une lâcheté qui ne dit pas son nom.

À ces aînés qui se comportent de la sorte, allez-vous faire foutre. À toute personne qui ne sait pas ou qui ne veut pas offrir un quelconque respect aux gens, peu importe la raison, allez-vous faire foutre aussi. À ces gens qui pensent que respecter les plus jeunes est une faiblesse, ben allez-vous faire foutre. Et à tous ces dogmes qui se croient incontestables, on va les contester. On les démantèlera s’ils le méritent.

Le droit d’aînesse n’offre aucune protection contre les abus et les comportements odieux. Il est grand temps de le dire. À l’école, au primaire comme au secondaire, je visitais le bureau du directeur ou celui du préfet de discipline avec une régularité quasi-exemplaire. Je déteste les brutes. Et ce comportement qu’est le mien m’a mis dans de sales draps à plusieurs reprises. Je ne suis pas blindé. Je n’aime pas la confrontation mais quand une brute porte l’habit du dogme, quel qu’il soit, et qu’elle se croit blindée, je vais aller tester sa croyance dans ce dogme.

Mon frère me dit souvent que je devrais changer cette partie irritante de ma personnalité. Je comprends très bien ce qu’il dit mais énerver les brutes et les gens, surtout les aînés, qui n’offrent aucun respect aux autres sous le couvert du dogme, est un de mes passe-temps favoris. Qu’ils aillent se faire foutre ces imbéciles ! Au diable ces dogmes et leurs adhérents !

Enfin, ce n’est que mon humble avis !

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s