N’AYEZ AUCUNE HONTE…

La pandémie a tout chamboulé. Qui pourrait oser dire le contraire ? Tout a changé. Chaque aspect de la vie courante, que ce soit au niveau macroscopique ou microscopique. L’économie, les transports, le travail, les loisirs, la restauration, les chaines d’approvisionnement, les relations amoureuses, les relations enfant-parent, la sexualité, le journalisme, la consommation, la production de divers produits de base ou complexes, tout a changé.

Je veux surtout parler du mental et de l’état émotionnel des gens. Je me dis qu’il est temps que je parle de moi et de mon expérience.

L’année 2020 fut la pire année de ma vie et curieusement la meilleure année de ma vie. Cette dualité me dérange au plus profond de mon âme. Je sens que cette coexistence entre le pire et le meilleur perturbe les bases azotées de mon ADN. Mon être est chamboulé par cette satanée pandémie. Comment la pire chose peut aussi être la meilleure chose ? Cela n’a aucun sens mais en même temps, l’année 2020 a amené son lot d’absurdités !

Il existe des millions de personnes qui n’oublieront jamais l’année 2020 avec son lot de malheurs, de stress, de licenciements, de maladies, d’isolement, d’anxiété, de peurs et d’appréhensions, de maladies mentales, de décès, d’hospitalisations, d’expulsions, de crises alimentaires et financières et j’en passe. L’année 2020 fut pourrie à plusieurs égards.

Comme une bonne partie de la population québécoise, j’ai passé la majorité de l’année passée cloîtré chez moi, dans mon petit appartement que j’adore tant. Quand je sortais pour faire les courses, Montréal, cette ville vivante et vibrante, était une ville fantôme. Les rues étaient vides, les voitures rarissimes et la circulation était quasi-inexistante. La peur et le doute avaient enveloppé l’air et le ciel. Une ambiance sordide régnait et on ne pouvait pas y échapper.

Étant au chômage, donc avec des revenus limités sans toutefois être dans le besoin, j’ai dû réapprendre à vivre. Que c’est bizarre de l’écrire ! Oui, j’ai dû revoir ma manière de vivre, d’être, de gérer mon temps, de m’occuper, de faire du sport, de faire la cuisine, d’écrire, de gérer mes relations avec les miens, etc. Ma routine avait disparu, mes relations redéfinies et poussés à être vécues virtuellement une bonne partie du temps. Rien que ces deux facteurs de taille, sont assez pour chambouler le mental de la personne la plus sensée. Nous sommes des animaux avec des habitudes bien précises et ces dernières donnent un sens à notre vie.

J’ai eu l’énorme chance d’avoir trouvé ma passion quelques années avant l’arrivée de ce maudit virus. Ainsi, je me suis plongé dans l’écriture et la réflexion. Mais tout excès est néfaste, comme disait Michel Eyquem de Montaigne et il a fallu que je trouve une manière de doser et d’arranger mes écrits et mes pensées. À force de penser, on peut plonger dans le côté sombre et négatif de la philosophie et en sortir n’est pas une partie de plaisir. Je me dis que je suis chanceux d’être un mec qui n’a pas de pensées sombres de nature.

En revanche, je n’ai aucune peur ou honte d’avouer que parfois mes pensées sont négatives. Il est normal de sentir un certain désespoir, une certaine défaite et une lassitude hors du commun quand on est enfermé chez soi et que l’on ne parle à personne. Il est facile de sombrer dans la solitude la plus pessimiste. C’est pour cela que je vous demanderais de faire attention avec vos pensées. Faites attention à ce que vous regardez, lisez et mangez. Notre âme est fragile et nos corps le sont tout autant.

Je voulais vous dire de n’avoir aucune honte si vous avez des pensées négatives et remplies de pessimisme. N’ayez aucune honte de vous sentir triste, de ne pas vouloir sortir. N’ayez aucune honte de ne pas être productif de temps en temps. N’ayez aucune honte si le spleen de Baudelaire, ce mal être qui occasionnellement pénètre notre esprit, vient vous rendre visite. N’ayez aucune honte de passer une journée sans rien faire de constructif. N’ayez aucune honte d’être fainéant un jour. Bon, brossez vous les dents et prenez une douche quand même ! C’est le minimum sapristi !

La vie est faite de hauts et de bas. Il serait hypocrite d’accepter les hauts et de nier les bas. Les deux existent et coexistent. Ce serait comme si on célébrait la journée, le soleil et le ciel bleu et ensuite de nier la nuit, la lune et les étoiles qui apparaissent au ciel quand la terre a fait la moitié de sa rotation ! Nier notre condition est la pire chose que l’on puisse faire. Il faut accepter ce qui se passe ! Je sais que c’est facile à dire mais difficile, voire pénible à accepter. Pourtant, il faut le faire ! Il n’y a aucune honte à se sentir mal. Il n’y a aucune honte à traverser une crise.

Nous vivons dans une ère où afficher le bonheur et les bons moments est primordial, au risque de prétendre la plupart du temps. Je ne vous demande pas de poster des vidéos de vous en train de sangloter. Non. Enfin, si vous voulez le faire, personne ne pourra vous arrêter mais je ne vous le conseille pas. Il existe des choses qu’il faut vivre en privé. Afficher toutes ses émotions au public ne sert à rien. Il n’y a aucune honte à se sentir mal en privé. Il n’y a aucun mal à utiliser la discrétion et de se déconnecter de ces foutus réseaux sociaux de temps en temps. Ça fait du bien.

Que ces réseaux sociaux ne deviennent pas votre réalité. Je comprends combien ça sonne hypocrite venant d’un gars qui post des trucs tout le temps. Ma suggestion peut sonner creuse mais je vous assure, ma vie n’est point jumelée avec ces foutus réseaux sociaux, qui ne sont que des machines à faire de l’argent pour les milliardaires et qui servent aussi à berner le monde. Je les utilise à ma manière. Mais ils ne deviendront jamais un substitut pour les personnes et le contact humain. Rien ne saurait remplacer les humains.

La raison principale que j’ai encore toute ma tête, c’est ma famille et mes amis. J’ai la bénédiction d’avoir des gens autour de moi qui se soucient de moi et qui demandent de mes nouvelles. J’ai passé une bonne partie de 2020 à parler à mes parents, mon frère, mes cousins, mes amis et toute autre personne qui voulait me parler. Je n’ai pas eu le même degré de vulnérabilité avec tout le monde mais je me suis lâché plusieurs fois et mes gens m’ont rendu une fière chandelle et ils m’ont écouté. La plupart du temps, ils ne pouvaient rien faire pour m’aider mais le fait qu’ils soient là, prêts à m’écouter, à venir me voir, à m’inviter chez eux, ce fut une bénédiction.

Je n’ai pas eu honte d’avouer que ça n’allait pas à plusieurs reprises. Cela m’a pris des mois pour développer le réflexe de dire « non, putain, ça va pas ! Je me fais chier, je me sens lourd, je suis à bout, et j’ai envie de le crier sur tous les toits, saloperie de vie de merde de sa race d’enfoiré d’asti de tabarnak de calisse de marde ! »

Ce n’est pas évident d’accepter que les choses n’aillent pas bien. La situation actuelle n’est pas une situation que l’on a créée. Nous l’avons héritée. Cependant, la nier et les effets néfastes qui vont avec, est une erreur. Parlez à vos amis et à votre famille. Faites sortir ces pensées et émotions négatives qui vous torturent l’esprit et le corps. Écoutez vos personnes quand elles viennent se défouler et vider leurs frustrations. L’aide doit être bidirectionnelle, ok ? Il faut écouter les autres, autant qu’ils vous écoutent. Ne soyez pas égoïstes quand même.

 Enfin, ce n’est que mon humble avis !

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

2 thoughts on “N’AYEZ AUCUNE HONTE…

  1. Malik

    Bonjour mon ami,
    J’ai bien aimé ce que tu as écrit dans ce denier article et le fait de savoir qu’une autre personne puisse sentir la même chose et traverse la même passe que moi dans une telle période me soulage et me donne un soutien vraiment considérable.
    Merci pour cet article mon ami.

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s