10 JOURS DE LEÇONS AVEC MES PARENTS.

Cela fait 10 jours que je suis chez mes parents. 10 jours remplis d’amour, de rires, de sourires, de discussions profondes et moins profondes, d’embrassades et de câlins, de « bonne nuit », « bonjour », « bonne sieste », « on se voit tantôt, je vais faire ma marche quotidienne », « tu veux quelque chose ? je vais à la cuisine », « qui veut un café ? je sors. », et plusieurs autres formules, les unes plus plaisantes que les autres. Le paradis est sur terre, nulle part ailleurs.

Le monde dans lequel je vis depuis les 10 derniers jours, est totalement différent de mon monde habituel. On dirait que je fus catapulté dans un monde parallèle, un monde presque inconnu mais extrêmement familier, aussi paradoxal que ça puisse sonner. Je suis dans ma Grèce natale, le pays de mes ancêtres, le pays où j’allais tous les étés depuis que j’étais gamin afin de reconnecter avec ma famille grecque après 10 mois passés au Burundi. Le Grec en moi est réveillé et bien portant. Je reparle grec avec aisance, je regarde la télé grecque, j’ai des conversations en grec et j’absorbe tout ce que mon pays offre dans toute sa splendeur.

Mon monde habituel est le Canada, pays où je vis depuis bientôt 20 ans, ce qui en dit long sur les printemps que j’ai accumulés sur mes épaules sur notre chère planète bleue. Le Canada et la Grèce sont séparés par un océan, des milliers de km et des cultures complètement différentes, quoique occidentales et judéo-chrétiennes. Malgré toutes les différences, le changement dont je parle est que soudainement, je me suis retrouvé avec des colocataires, si je puis appeler mes parents ainsi ! Bon, ce sont des colocataires, sérieusement ! C’est un énorme changement pour moi vu que je vis seul à Montréal depuis 15 ans maintenant. J’avoue que le poids de la solitude fut accentué exponentiellement à cause de cette satanée pandémie qui est aussi immortelle que Duncan MacLeod, notre cher Highlander. Donc, je suis passé de singleton (ensemble composé d’un seul élément d’après une définition mathématique) à adulte qui vit avec ses parents, temporairement, bien sûr.

À part nos interactions quotidiennes qui m’avaient sincèrement manqué, je passe mon temps à observer ce couple que je considère unique, fantastique, incroyable et tout simplement hors de l’ordinaire. Je parle souvent d’eux. J’ai parlé un peu trop souvent du mec Burundais, étudiant en médecine, qui rencontra une infirmière Grecque, plus pâle que le lait, qui se sont mariés, eurent deux garçons et ont vécu au Burundi pendant presque 30 ans. Peut-être qu’un jour leur vie deviendra un show sur Netflix !

Je suis hautement biaisé quand je parle d’eux mais, objectivement parlant, mes parents sont géniaux à plusieurs égards. Ces derniers ne sauraient être tous cités car cela nécessiterait des semaines entières ou un show sur Netflix avec un maximum de 4 saisons. Sérieux, il faudrait que je m’y mette ! Je me demande qui jouerait Freeman…Je m’égare !

Cela fait donc 10 jours que j’ai le plaisir et le privilège d’observer mes parents. Ce que j’ai vu m’a laissé perplexe, optimiste, plein d’espoir, un peu triste, et je me retrouve à avoir plus de questions que de réponses. Disons que la seule tristesse découle du fait que je suis légèrement envieux de leur couple. Ils m’ont servi d’exemple depuis que je suis gamin ; c’est normal que je souhaite être dans une relation aussi solide, loyale et remplie d’amour que la leur.

Ils ne sont pas parfaits et leur couple ne l’est pas, loin de là. Pourtant, ils ont trouvé une recette, qui marche, car ils sont ensemble depuis 1976 ! Cela fait 45 ans que ces deux individus se côtoient. Leur histoire n’est pas féérique, au contraire. Un noir et une blanche qui se mettent ensemble, de surcroit, il y a 45 ans, ça a fait du bruit. D’ailleurs, les couples mixtes ça fait encore du bruit, chose que je trouve fascinante, hilarante, pour ne pas dire bête, sapristi ! Toujours est-il, je sais pertinemment que les hauts et surtout les bas qu’ils ont traversés, les ont rapprochés. Leurs bas ont renforcé leur lien, leur amour, leur interdépendance, leur connexion, leur combativité, leur force, leur dévouement. Heureusement pour moi, ils parlent aisément de leur parcours avec moi, probablement dans l’espoir de m’offrir des conseils, afin que mes relations puissent fleurir et durer.

Cependant, je réalise combien je suis quelque part prisonnier de cette image de ce couple qui s’est battu contre vents et marrées pour rester ensemble. Le couple que j’ai vu grandir, est un modèle de couple qui est devenu obsolète, pour maintes raisons. Leur standard est un standard qui n’existe plus, malheureusement ou heureusement, je ne sais plus. Je ne dis pas que tous les couples de leur époque vivaient dans le bonheur absolu. Nous savons tous pertinemment que ce n’est pas le cas. Les relations amoureuses ont toujours été compliquées. De surcroit, jamais je n’oserais les blâmer pour les échecs de mes propres relations. Ce serait lâche, bête et insultant de ma part. Ils m’ont donné tous les outils pour naviguer mon propre navire dans cet immense océan qu’est la vie, et si je m’échoue sur des rochers, je ne peux que blâmer ma personne, jamais mes parents. Ils n’ont aucune responsabilité dans mes échecs, quels qu’ils soient. Je sais qu’ils m’ont élevé avec amour, patience, respect et ils se sont toujours souciés de mon bien-être. Comment pourrais-je les blâmer pour quoi que ce soit ? Le monde dans lequel je vis n’a pas été créé par mes parents !

Peut-être que je divague ou peut-être le sujet est plus complexe que je ne voudrais l’admettre. Bon, la franchise étant la meilleure pratique, il faut que je le dise : le sujet est infiniment plus complexe qu’il ne parait. Je regarde mes parents et je vois certaines valeurs qui semblent avoir légèrement ou profondément disparues. Moi-même, je me demande si je possède réellement ces valeurs que je respecte tant. Est-ce que je les possède ou je crois les posséder ? Suis-je à la hauteur de mes propres standards ou j’aime simplement en parler ? Quelles sont ces valeurs ?

Quand je vois mes parents, je vois un dévouement inégalé, un respect immense, une vraie complicité, de l’amour véritable, une amitié inébranlable, un sens du compromis évident, une patience incroyable, une volonté inoxydable d’être au service de l’autre, et j’en passe. Encore une fois, ils ne sont pas parfaits. Ils commettent des erreurs. Ils se fâchent. Ils se chamaillent bien sûr, même si je n’ai jamais été témoin de cela. Ils ont des divergences. Ils s’énervent et ils s’irritent mutuellement. Ils perdent patience. Mais ils sont là. Ensemble. Ils marchent main dans la main dans la rue. Ils prennent soin l’un de l’autre. Ils se parlent avec respect. Ils se disent bonjour et bonne nuit. L’un demande à l’autre s’il/elle a besoin de quelque chose. Ils sont les premiers à le dire ; être ensemble n’est pas facile, rester ensemble l’est encore moins mais ils le font !

Est-ce que notre génération a perdu ces valeurs ? Sérieusement, a-t-on perdu ces valeurs ou elles se sont évaporées avec le temps ? Est-ce que ces valeurs n’existent qu’en quantité limitée ? Est-ce que la conception traditionnelle du couple est vouée à la disparition comme les dinosaures ont été anéantis après qu’une météorite ait frappé la terre ? Certains disent que la météorite des couples du 20ème et 21ème siècle est le divorce apparemment. Néanmoins, je ne suis pas contre le divorce ! On se calme un peu ! S’il y a abus, violence, des divergences fondamentales et autres crimes, je vous prie de divorcer ! Parfois, on ne peut sauver certains couples, ça arrive.

Maintenant, est-ce que notre génération capitule facilement ? Va-t-on au divorce trop vite, trop facilement ? Même les couples qui ne sont pas mariés, vont-ils à la rupture plus vite qu’ils ne devraient ? Est-ce que ma génération a vu la dilution de certaines valeurs comme la patience, le compromis, la retenue, le bien commun, le respect ? Avons-nous tellement changé, hommes et femmes, que nous n’arrivons plus à être ensemble harmonieusement ? Ou bien, cette idée de la monogamie, jusqu’à ce que la mort nous sépare, est tout simplement anachronique et nous a été savamment vendue depuis des siècles et on la croit immuable, inamovible, éternelle ?

Des questions et peu de réponses. Où puis-je trouver les réponses ou des réponses? Je ne sais pas. Je n’en ai aucune idée. Est-ce qu’il existe des réponses standards ou plusieurs réponses, chacune taillée sur mesure selon le couple ? Je ne sais pas et je n’en ai aucune idée. À la base, je ne suis pas marié, je ne l’ai jamais été et au moment d’écrire ces lignes, je suis célibataire. Qui suis-je pour parler ? Il est vrai que je possède une expérience quelque peu extensive des relations amoureuses mais je suis encore célibataire. J’ai mon propre travail à faire sur ma personne et je continue à le faire, tout en me rappelant que j’erre assez souvent, car la perfection de l’âme n’est qu’illusion.

C’est en regardant mes parents que je me suis posé mille et une questions sur moi, ma personne, mon comportement, mes valeurs, mes buts et ce que je veux. Grâce à eux, j’essaie de garder en tête le contexte historique qui est crucial. Je suis le produit de mon époque et eux, de la leur. C’est normal que l’on soit différent. Grâce à eux, je me suis remis en question d’une manière saine et réfléchie. Je me pose des questions, auxquelles j’espère, un jour, obtenir des réponses sensées et non farfelues comme c’est souvent le cas de nos jours. Disons que grâce à eux, j’ai pu recadrer et recentrer mes pensées, mes souhaits et mes désirs pour une future relation. De toutes les façons, comme dit mon père, le partenaire que l’on choisira, sera le choix le plus important de notre vie.

Pour la énième fois, j’ai plus de questions que de réponses. Les temps ont changé. Les gens ont changé. Les hommes et les femmes ont changé. Les relations ont changé. Le monde a changé plus dans les 40 dernières années que dans les 500, pour ne pas dire 1000 années précédentes. C’est normal qu’on le soit tous déboussolés. C’est inévitable. En revanche, il y a quelque chose de beau dans les anciens couples, ceux qui sont ensemble par amour et respect, et non par obligation. Ces couples ont une aura qui émane d’eux et c’est beau à voir. Peut-être que j’essaie d’appliquer des règles, lois et valeurs dans un monde qui ne les accepte plus. Peut-être que j’erre tout en pensant que j’essaie de trouver mon chemin, alors que ledit chemin ne peut plus être tracé par les lignes et règles d’antan. Peut -être que je trouverais une âme dont les valeurs croiseront les miennes.

Tant de questions et peu de réponses. Une chose est sûre ; côtoyer mes parents, décortiquer leur manière de parler, de communiquer, de se tenir la main, bref, observer leur manière d’être est un plaisir. Les écouter, leur poser des questions, décortiquer leurs réponses et les adapter à mon monde, c’est un exercice exigeant mais ô combien riche en information. Je ne pourrais jamais les remercier pour leur ouverture d’esprit, leur franchise, leur honnêteté et leur volonté de m’aider. Quant à leur amour infini envers moi, ben, comment ne pas se vanter d’être aimé et respecté par ces superhéros que sont mes parents !

Qu’ils sont géniaux ces deux-là ! Être leur fils est le plus grand honneur de ma vie ! Jusqu’à ce que je devienne papa moi-même !

Enfin, ce n’est que mon humble avis.

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée. 

Freeman. B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s