JE N’AI AUCUN TALENT.

Je n’ai aucun talent. Je n’ai aucun don particulier. Cela est un fait. J’ai simplement une passion infinie pour l’écriture et pour conter les histoires au public. Je ne souffre pas du syndrome de l’imposteur (enfin, entre nous et à voix basse, juste un peu, pas trop !) et je suis entièrement conscient de mes capacités. Ces dernières évoluent avec le temps et elles s’aiguisent parce que j’y tiens. Mes capacités me permettent d’écrire, de parler avec une maestria dans 4 langues différentes. Cependant, bien que je possède de telles capacités, je considère que je n’ai aucun talent.

Sérieusement, je n’ai aucun talent. Ce que j’ai en masse comme on dit au Québec, c’est justement la fameuse passion infinie pour l’écriture que j’avais mentionnée tantôt. Cela se traduit par des faits simples, clairs et concis ; j’écris tous les jours, sans relâche, comme si chaque mot écrit était le dernier. C’est pour cela que je considère que je n’ai aucun talent. J’écris tous les jours. Je n’ai attendu aucune permission ou bénédiction de qui que ce soit pour écrire. Je me suis levé un jour et j’ai décidé d’écrire. Je me suis donné le droit de le faire et ma vie a changé d’une manière inexorable.

Je le dis haut et fort, avec une fierté évidente ; je n’ai aucun talent. Je lis énormément, et j’apprends tous les jours. J’ai une soif insatiable pour le savoir et pour l’amélioration en tant qu’écrivain. Je suis toujours à l’affût de nouveaux mots, de nouvelles techniques d’écriture, de nouveaux concepts, de nouveaux articles afin d’être un écrivain plus attentif, plus érudit, plus authentique. Je m’améliore quotidiennement parce que j’y mets toute mon énergie. Il m’arrive de relire des textes que j’ai écrit il y a de cela 4-5 ans et je peux voir la différence dans ma manière d’écrire. Je progresse quotidiennement et cette amélioration renforce ma philosophie qui stipule que je n’ai aucun talent.

Je voudrais admettre un fait indéniable ; je sais pertinemment que j’ai une aptitude innée pour les langues. À l’âge de 7 ans, je parlais déjà 2 langues avec une aisance qui aurait pu rendre jaloux tous les traducteurs adultes de ce monde. Cette aptitude, héritée de mes parents, eux-mêmes originaires de deux continents différents, m’a permis d’aimer les langues et de les étudier. Cependant, je sais qu’il existe des millions de gens qui ont le même bagage génétique et familial et qui ont choisi de ne pas s’intéresser aux langues. Je n’ai aucun talent justement, j’ai appris ces langues et leurs particularités, leurs exceptions, leurs accents, leurs figures de style, leur syntaxe, leur vocabulaire, etc. J’ai passé des années à lire et à apprendre. J’ai passé des décennies à travailler sur ces langues parce qu’avoir une aptitude sans toutefois travailler comme un forcené pour aiguiser ladite aptitude, est une perte de temps. Sans travail constant, l’aptitude restera abstraite et sans valeur ! Cela est un fait !

Je n’ai aucun talent. Tous ces textes, vidéos, et audios sont le résultat de dizaines de milliers d’heures de lecture, et de milliers d’heures d’écriture. Tout ce que vous voyez est le résultat d’un travail minutieux, constant, et sujet à la critique populaire. Tout ce que vous voyez est la preuve que vouloir c’est pouvoir. Tout ce que vous voyez et lisez, c’est le résultat d’une discipline de fer, qui découle d’un amour passionné et passionnant que j’ai dans mon cœur pour l’écriture. Finalement, toute mon œuvre n’a rien à voir avec la chance ou le destin ; c’est le résultat d’un travail acharné, plein d’amour, d’attention et de passion. Mon travail est hautement biaisé, subjectif et fait sur mesure par moi, pour moi et enfin, pour mes lecteurs et lectrices. Mon travail n’existerait pas sans ceux et celles qui me font l’honneur de me lire tous les jours.

Je n’ai aucun talent. Je dis cela car dans l’imaginaire collectif, et à mon grand désarroi, le mot « talent » implique un don, un cadeau divin, donc inné et donné d’avance. Cela implique qu’on n’a pas besoin de travailler pour le maintenir. On dirait que le talent n’est pas sujet à changement, qu’il ne s’atrophie pas. On dirait que le talent s’autosuffit. On dirait que le talent est suffisant alors que ce n’est point le cas. On croirait que la source du talent ne peut jamais tarir. On penserait qu’avoir un certain talent est assez et que c’est tout. Hélas, c’est faux. Le talent, si vous me permettez une déclaration finale, n’existe pas. Il n’existe que la passion et le travail acharné. Ou admettons que le talent existe. Ce dernier, à l’état pur, sans qu’il soit accompagné d’un travail régulier et minutieux, ne sert absolument à rien. Finalement, au risque de me répéter, le talent n’existe pas !

Je n’ai aucun talent. Je suis un écrivain, un conteur, un penseur, un critique et un rebelle à mes heures perdues, et j’ai choisi en mon âme et conscience de partager ma passion avec le monde. J’ai reconnu mes aptitudes et j’ai décidé de les canaliser pour en faire quelque chose de valeur et qui pourrait toucher le cœur des gens. Après des années de durs labeurs, de discipline, d’acharnement, d’essais-erreurs, et de témérité il faut le dire, je suis un écrivain, un auteur capable et surtout fier de partager mon œuvre avec le monde.

Je n’ai aucun talent. Je suis hyper passionné par ce que je fais. J’ai la chance de pouvoir travailler sur ce métier que j’adore par-dessus tout. J’apprends, je me plante et je recommence, j’écris, je me corrige et le résultat s’améliore avec le temps. C’est tout !

Enfin, ce n’est que mon humble avis.

Sur ce, merci pour votre attention et rappelez-vous que sourire est un cadeau du ciel, alors veuillez sourire autant que vous pouvez et je vous souhaite de passer une bonne journée.

Freeman. B

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s